Cartello N°21
Questions d'identification ?

Editorial

C’est du toc mais ça marche quand même

par Sophie Marret-Maleval

 

Les textes présentés dans ce numéro résultent d’un cartel préparatoire à une soirée du bureau de Rennes de l’ACF-VLB, dont j’étais le Plus-un. La soirée avait pour sujet : « l’identification comme semblant, de I(A) à S1 », un sujet complexe que nous avons abordé à partir de deux références principales : le séminaire de Jacques-Alain Miller et Eric Laurent « l’Autre qui n’existe pas et ses comités d’éthique », et le séminaire de Jacques-Alain Miller « Ce qui fait insigne ». C’est du premier séminaire qu’a été extrait le titre de la soirée : « C’est du toc, mais ça marche quand-même », en s ‘appuyant sur l’énoncé de Jacques-Alain Miller « le S1 c’est la version du versant identificatoire, quand on sait que c’est du toc et que ça marche quand même ».

Quatre textes ont été présentés lors de cette soirée, nous y avions également invité Caroline Doucet dont l’intervention « A quoi s’identifie-t-on à la fin de l’analyse ? », a été publiée dans la revue du bureau de Rennes, Suites et variations,  Les identifications, 2017, n° 125, pp. 125-132. le cas clinique présenté par Nathalie Dahier sera publié dans l’Hebdo-blog.

Si l’identification est liée à l’Autre et à l’objet par le biais de l’Idéal du moi dans le séminaire V, il convient d’interroger, suivant Jacques-Alain Miller ce qu’il en est de l’identification si l’Autre n’existe pas.  Il enseigne que lorsque se dévoile l’inexistence de l’Autre, l’identification ne se fait plus par le détour de l’Autre mais par le S1 dans son lien à l’objet. Elle se rapporte à la manière dont le sujet s’inscrit dans le langage, au nouage de sa singularité et de sa jouissance.

Les textes ci-dessous mettent en perspective les conséquences du dévoilement que l’Autre « c’est du toc », notamment la solitude du sujet quand chute l’Idéal du moi et qu’apparaît l’inexistence de l’Autre. Ils soulignent aussi en quoi le S1 « c’est du toc », du Symbolique qui accroche un Réel. Ils interrogent ce qui se passe quand le S1 n’est pas mis en fonction. Si le S1 est du toc, alors il est substituable, les cas cliniques montrent l’appui pris sur une identification Imaginaire quand n’est pas assurée la fonction du S1 dans sa dimension d’agrafe et d’identification primordiale. Le cartel a exploré les voies suivantes concernant l’identification par le S1 : quand ça ne marche pas, quand ça marche, ce qui marche et comment ?