Souffle et tremblements – Par Gérard Darnaudguilhem

Par Gérard Darnaudguilhem

Au théâtre, comme en analyse, il arrive que l’on risque parfois de manquer de souffle. Le comédien, prêtant l’oreille vers la niche du souffleur, délivre son texte de l’oubli ; donnant réson à l’inouï d’une parole, l’analyste, quant à lui, en délivre l’insu pris dans un discours. Deux expériences du corps parlant.